Se reconvertir professionnellement aujourd'hui n'est pas un choix anodin. Beaucoup y pensent, mais combien le font réellement ?

Pour ma part, je n'avais pas prévu de faire cela un jour dans ma vie. Pourtant, le changement professionnel fait intégralement partie de ma vie. Sans doute est-ce dû à mon entourage personnel qui a toujours été en mouvement (changements de poste, métier, secteur, milieu public/privé, salariat/entrepreneuriat, etc).

Me remettre en question est également un exercice familier, probablement pour cette même raison. Il m'est donc naturel de me demander si je suis bien, ici et maintenant, et sinon pourquoi. Cependant mes remises en question s'arrêtaient là. Pas de recherche de solutions, ou bien de vagues tentatives. Donc pas de résultat.

Chaque goutte forme une rivière

Revenons à la source. La première idée "sérieuse" de métier me remonte au lycée en 2002. Je devais réaliser un dossier sur le métier de mon choix à présenter oralement à un jury pour le bac. Celui qui m'intéressait à l'époque était psychologue du travail. Après recherches, j'avais compilé des données sur les études/formations possibles, caractéristiques du métier, conditions de travail et interviewé des professionnels. Ce qui m'avait rebuté à ce moment-là était le nombre d'années d'études en fac, système qui ne m'attirait pas car pas assez concret. Je me suis alors plutôt tournée vers les ressources humaines qui m'intéressaient.

C'est alors que je suis tombée par hasard sur le programme du BTS communication des entreprises. Cela a été comme un coup de foudre ! Je me suis empressée de le suivre en 2005-2007 avec dans l'idée de plutôt travailler dans la communication interne.

Tout se passe bien pendant ces 2 ans. Il y a malgré tout dès le début de la première année un je-ne-sais-quoi qui me gêne, mais rien de grave. Alors je le relègue soigneusement tout au fond de ma tête pour l'oublier. Raté ! Une dizaine d'années plus tard, ce je-ne-sais-quoi aura pris tellement d'ampleur qu'il m'emmènera vers une reconversion professionnelle !

Cette gêne, qu'était-ce ? Eh bien cela fait quelques années seulement que j'arrive à mettre les mots dessus. C'était une impression de décalage. Dans mes études, on apprenait à analyser des messages de communication (publicités par exemple) et comment les individus les comprennent. Évidemment le but final était d'anticiper une pensée, un comportement, pour vendre quelque chose (produit, service, promotion de l'image d'entreprise, etc). J'ai toujours trouvé le marketing intéressant en tant que processus. Mais il m'a gênée dès le départ car il était en contradiction avec l'une de mes valeurs, la finalité du marketing étant de vendre, voire créer un besoin. Je n'ai compris cela que bien plus tard.

La goutte de trop

C'est avec cette vague impression que j'ai exercé pendant environ 10 ans dans la communication. J'ai eu des expériences variées et très enrichissantes que je ne regrette pas du tout (téléchargez mon CV pour plus de détails). Il y a quelques années, je prends un poste qui correspond - tel qu'il m'est présenté du moins - parfaitement à mes recherches. Il n'aura été qu'une source permanente de déceptions, frustrations et rancunes. Poste inintéressant, aucune évolution, management étrange, détournement de fonds, dirigeant n'aimant pas communiquer, et j'en passe. Le je-ne-sais-quoi qui était au fond de ma tête a bien changé : il a pris du poids (et pas qu'un peu), arbore un beau manteau noir et est devenu oppressant. Il ressort avec force à ce moment-là, à tel point que j'en viens à être dégoûtée de mon métier.

Je quitte ce poste et prends du temps pour réfléchir à l'évolution de ma vie professionnelle. L'Apec m'oriente vers un accompagnement qui s'apparente à un bilan de compétences. Quelques mois plus tard, je décide de concrétiser une envie que j'ai depuis... le lycée : créer mon entreprise. Ce sera donc pour moi l'occasion de mettre à disposition mon savoir-faire en communication en étant indépendante (dont voici le site). Et toujours ce je-ne-sais-quoi qui me parasite, mais que je tente de repousser loin de moi. Cela fonctionne pendant un temps, l'euphorie de l'entrepreneuriat aidant.

Environ 2 ans s'écoulent. Je prends une lourde décision dans ma vie personnelle qui fait basculer tout le reste. Voilà peut-être la remise en question la plus importante de toute ma vie en fait. C'est là que je me suis demandée où j'allais et comment. Comme beaucoup de personnes ces questions me sont venues la première fois dès l'adolescence. Sauf que cette fois, elles me viennent comme une claque à l'âge adulte. Alors douloureusement je me sonde, trouve ce qui est important pour moi, découvre mes valeurs, brise des croyances limitantes, décrypte ce qui compose réellement mon identité, sors de plus en plus de ma zone de confort. Je commence à dessiner un autre chemin en tâtonnant. Où je vais ? Vers moi-même. Comment ? En étant authentique et en me respectant.

Les bases posées, il a fallu ensuite concrétiser tout cela. Découvrez comment j'ai procédé dans le prochain article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *