Toutes les étapes administratives sont bouclées. Il ne reste plus qu’une chose à faire : suivre la formation de Conseillère en insertion professionnelle. Enfin « suivre » n’est pas le mot adéquat… En réalité c’est le mot « vivre » qu’il faut employer. La formation étant désormais terminée, je peux maintenant donner un retour complet sur cette période importante de ma reconversion.

Lâcher prise et découvrir

Cela a été difficile pour moi d’accepter de suivre d’autres directions que celles que j’avais envisagées, longuement imaginées. C’est 1 à 2 mois après le début que j’ai compris qu’il fallait que je me laisse porter par la formation. Que j’accepte d’ouvrir la porte à d’autres méthodes, d’autres idées. Que je me permette d’évoluer. Tout s’est déroulé ensuite de manière plus fluide une fois que j’ai assimilé cette idée. Le lâcher-prise m’a été essentiel et bénéfique.

Le contenu en lui-même de la formation a été riche, avec en point central le travail sur la posture. J’avais commencé un travail approfondi sur moi-même avant la formation et j’étais ravie d’accélérer les choses à ce niveau, voire même d’être bousculée. Je me suis rendue compte de tout le chemin parcouru depuis quelques années.

En 2016, j’ai suivi 10 jours de formation (tout aussi exceptionnelle) en tant que formatrice occasionnelle auprès d’un autre organisme. Je me sers depuis régulièrement du contenu acquis. Durant la formation de Conseillère en insertion professionnelle, 3 jours ont été consacrés à la formation pour adultes. C’est lors des mises en situation que j’ai découvert que j’avais beaucoup évolué depuis ma formation de 2016. J’avais vraiment intégré le principe de maïeutique, ce qui n’avait pas été le cas avant. Il m’a donc fallu 2 ans pour l’assimiler pleinement.

La formation a été exceptionnelle du début à la fin. Les 3 formatrices principales ont su dès le départ impulser une dynamique et une cohésion de groupe. Nous étions 10 femmes de personnalités bien différentes et venant d’horizons variés. Pourtant nous avons réussi à vivre ensemble cette formation et à construire des liens forts. J’ai très peu vécu cela dans un groupe dans ma vie, c’est aussi pour cela que cette formation restera gravée longtemps dans ma mémoire.

Les stages

Après la période stressante de recherche – et l’impression de retourner dans mon passé d’étudiante – j’ai effectué 2 stages radicalement différents.

Le 1er s’est déroulé en entreprise d’insertion, le 2d au PLIE Nord Essonne. Ces 2 stages m’ont été utiles pour bien appréhender le milieu et le public. La finalité était la même : accompagner le public. Pourtant, les moyens utilisés, le cadre et l’état d’esprit étaient radicalement différents.

Les épreuves

La formation incluait 3 certificats de compétences professionnelles (CCP) distincts (nouveau référentiel oblige) :

  • Accueillir pour analyser la demande des personnes et poser les bases d’un diagnostic partagé.
  • Accompagner les personnes dans leur parcours d’insertion sociale et professionnelle.
  • Mettre en oeuvre une offre de services auprès des employeurs pour favoriser l’insertion professionnelle. Ce CCP résulte de la fusion des modules de relations entreprises et gestion de projets du référentiel précédent.

Dans le cadre du référentiel, il fallait également rédiger 2 dossiers. Le dossier professionnel intégrait la même mise en pages pour tous car il était mis à disposition sur le site du Ministère du Travail. L’autre document était appelé « dossier en 7 parties » et comportait donc… 7 parties. Celui-ci permettait d’explorer plus en profondeur la pratique et la connaissances des structures. J’ai trouvé cela intéressant car cela demandait de prendre tout de suite du recul. Dans quelques années, je relirai avec plaisir (et peut-être nostalgie) ces dossiers.

Dernière épreuve et non des moindres : la mise en situation finale avec le jury et l’échange à propos des écrits. Si tout a été validé, cela n’a pas toujours une partie de plaisir pour moi lors de cette épreuve. La simulation d’entretien d’accueil n’a en effet pas été confortable à cause de ce sentiment d’être jugée, le moindre mot et geste décortiqué. Les écrits ont également été passés au peigne fin. Heureusement cela s’est bien passé. Quel soulagement quand tout s’est terminé !

Et maintenant ?

J’ai la grande joie d’annoncer que je suis officiellement titrée Conseillère en insertion professionnelle ! Aujourd’hui j’occupe le poste de Conseillère en insertion socioprofessionnelle en CDD, toujours auprès du PLIE Nord Essonne. J’ai fini ma formation légèrement avant mes camarades pour prendre mon poste et ai passé mon examen comme les autres.

Mon rôle au PLIE est d’accompagner les bénéficiaires du RSA dans leur projet d’insertion. J’ai également les habilitations pour réaliser les démarches sociales nécessaires. Mon quotidien se partage entre entretiens individuels, ateliers collectifs, collaboration avec les partenaires… C’est passionnant !

Je suis très heureuse d’avoir sauté le pas de la reconversion. Cela a été une période enrichissante, qui m’a beaucoup appris sur les autres et moi-même.

C’est le début de ma 2e vie professionnelle… Et croyez-moi je compte bien pleinement en profiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *